Faire part de mariage : d’où vient cette tradition ?

Histoire du faire-part de mariage

Depuis que le mariage existe, on met un point d’honneur à célébrer l’événement comme il se doit. Si depuis l’antiquité, le mariage était « de raison », ce n’est qu’à la fin du moyen âge qu’un nouveau concept fait son apparition : le « mariage d’amour ». Depuis des siècles, le mariage est un jour de fête auquel sera conviée toute la famille, mais également les amis, les voisins… Etape importante d’une vie, c’est un événement qui doit s’annoncer dans les règles de l’art et de manière officielle avec le document incontournable et indispensable : le Faire-part de mariage.  

Connaissez-vous les origines du faire part de mariage ?

L’ancêtre du faire-part n’a rien à voir avec nos invitations actuelles qui annoncent des événements heureux tels qu’un mariage ou une naissance. Et pour cause, puisqu’il s’agissait de lettre de décès. Au 17ème siècle, seule la mort d’une personne faisait l’objet d’une annonce officielle avec un document que l’on faisait porter au destinataire. C’était une missive aux allures solennelles toujours ornée de la lettrine « V » qui signifiait : « Vous êtes priés d’assister… » le texte était bien souvent accompagné d’illustrations macabres comme des ossements ou des larmes blanches…

Autrefois, lorsqu’un mariage était célébré, le faire part était destiné aux personnes qui n’avaient pas été invités à la noce. Au sens littéral, le document avait vocation de « faire part du mariage de… » Au 18ème siècle, la coutume dans de nombreuses régions de France consistait à annoncer le mariage avec « tambours et trompettes ». Les parents des futurs époux se déplaçaient en personnes auprès de leurs relations pour annoncer la nouvelle. A la fin du 18ème siècle, cette démarche fastidieuse fût remplacée par le « billet de part » déposé à domicile qui informait des noces à venir.

Faire-part de mariage traditionnel

Faire-part de mariage d’autrefois pour un mariage d’aujourd’hui

L’évolution du faire part de mariage

Le faire part de mariage a évolué avec l’institution elle-même. Autrefois, les faire-part étaient rédigés en écriture manuscrite à la plume. Dans un texte aux allures protocolaires, ce sont les parents respectifs qui annonçaient l’union de leurs enfants. La carte d’invitation mariage a longtemps été le privilège de la noblesse et de la bourgeoisie française. Avec l’évolution de l’imprimerie, le faire part de mariage se démocratise et reste une tradition pérenne qui va évoluer au fil des années. Qu’en est-il aujourd’hui ? Le faire-part de mariage reste une institution profondément ancrée et l’offre s’est fortement élargie tant dans le style que la présentation. Aujourd’hui, il y en a pour tout les goûts et tous les styles : du faire part mariage traditionnel au faire-part de mariage original. L’imagination des graphistes n’a plus de limite pour offrir aux futurs mariés un faire part de mariage unique à la hauteur de l’événement. De nos jours, pour offrir aux futurs époux une offre complète de papeterie mariage assortie à leur faire part, les modèles se déclinent en menus, carte de remerciements, marque place…

Faire-Part de mariage voyage historique

Faire-part de mariage original sur le thème du voyage sous la forme d’un éventail

Mariage, naissance, le faire part est le messager d’événements heureux

Si autrefois, la lettre de décès était le seul document qui déclarait un événement, en l’occurrence malheureux, cette coutume a disparue depuis bien longtemps. Aujourd’hui, elle a laissé place au faire-part de mariage, faire part de naissance ou encore faire part de baptême… Bref, le plaisir d’annoncer les événements heureux et festifs de notre vie traduit notre volonté de rassembler nos proches pour partager avec eux des instants de bonheur. Savourer le privilège de vivre des moments heureux ensemble n’a-t-il pas pour effet de renforcer les liens familiaux qui nous unissent ? Alors n’oublions pas que le faire part reste le meilleur ambassadeur des événements heureux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *